Le 59 • l’écrin du sensoriel

C’est la référence gastronomique d’Aix-les-Bains. Confortablement assise au numéro 59 de la rue du Casino, cette adresse incontournable est l’antre du chef Cédric Campanella. Cet ancien étoilé n’a que faire des effets de mode. Son truc à lui tient à la plus pure des alchimies : susciter l’explosion des saveurs, autant que des couleurs.

Le 59 ou l’envers des anciens remparts d’Aix-les-Bains

Bienvenue au 59, une adresse habillée par les anciens remparts (ouest) de la cité thermale…. Note à celles et ceux qui aiment les coïncidences. : de mémoire d’homme, on a toujours franchi ces murs chargés d’histoire pour l’amour de la table. Jadis, un relais de poste, plus tard, une épicerie fine très prisée au détour du siècle dernier, par les curistes mondains et autres voyageurs au bec fin qu’accueillaient les grands hôtels d’antan … Ô tempora Ô mores – et à compter des années 80, un restaurant. Tadam !

A l’époque, les frères Campanella commençaient tout juste à découvrir les métiers de la restauration, mais du côté du Lido. Leurs parents ont géré le restaurant de la plage du Lido à Tresserve pendant près de 20 ans. Ce n’est qu’en 2010 que Boris et Cédric Campanella ont lancé leur propre affaire. Tous deux avait fait leur preuve au château de Candie en décrochant le précieux macaron.

Le crédo du 59 : générosité et sapidité

Au 59, on est à la table de Cédric Campanella. Avec le temps, il a gagné en sérénité. Son frère Boris a pris son envol en 2013, pour d’autres firmaments gastronomiques, à l’instar du Cheval Blanc, et à présent, le prestigieux Hôtel Crillon.

Cédric Campanella affirme une conception de la cuisine très affranchie, relevant selon lui davantage de la bistronomie. Le chef aguerri plaide pour la générosité, et se détourne d’une course effrénée à la technicité. Lui se plait à user d’une certaine liberté et à renouveler ainsi toutes les 6 à 8 semaines une carte inspirée des saisons, sans s’enfermer pour autant dans un régionalisme folklorique.

Peut-être est-ce aussi son origine sicilienne qui prescrit chez lui la présentation d’assiettes très pigmentées, telles les couleurs des marchés d’été. Rien que pour le plaisir des yeux ? Pas seulement ! A la table de Cédric Campanella, on cultive la quête du pep’s à chaque bouchée, on prise la puissance d’un jus.

Nul ne saurait oublier ce qu’il y a dégusté. Cet omble chevalier fumé par la maison, ce paleron de boeuf cuit toute une nuit, ce savarin aux fruits exotiques …

Chi va piano …

Au 59, il y a assurément une parenthèse temps qui s’ouvre pour vous lover comme seules quelques adresses en ont le secret. Tout est calme, confort et volupté, dans un décor contemporain. Certains apprécieront la mezzanine à fleur d’arcades. Notre table préférée ? la numéro 7 ! Elle ne peut que plaire à ceux qui aiment être légèrement en retrait (symptôme du cancre ?), tout en gardant un oeil sur le comptoir et la cuisine.

Si le menu du marché contentera aisément les gourmets à midi, prenez le temps de déroulé l’un des menus à l’occasion d’un dîner. Tout défile au gré d’un service attentionné et savamment orchestré par Bruno, véritable pilier de la maison. Mieux que personne, il sait reconnaitre chez les habitués leurs petites manies.

Qui s’attable au 59 devient disciple du culte du goût, du vrai, celui qui pique au vif les papilles de la cuillère apéritive aux mignardises de fin de repas. Testez les menus à emporter du chef et/ou challengez vous. Devenez l’apprenti d’un jour au côté du chef lors d’un cours de cuisine à la Cité du Goût et prochainement au restaurant derrière son tout nouveau fourneau Charvet. Plus de renseignement ici.

Merci pour l’accueil qui nous a été accordé par le chef Cédric Campanella.
Reportage photo signé Riverside Photography.

Restaurant Le 59
59 rue du Casino
73 100 Aix-les-Bains

Réservations au 04 56 57 11 96

Publié par Karen

Made in Aix